8 juin 2019

0 Commentaire

Y’r'pleut, et c’est r’parti pour l’Armada de Rouen

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Question météo, l’organisation d’un événement une semaine à l’avance est devenue un pari alors pensez-donc pour une manifestation prévue 6 ans plus tôt ! Loin de l’année 2013 et des premiers jours de juin ensoleillés, l’Armada 2019 a malgré tout débuté le 6 juin sous le soleil… au moins le matin. Ce n’était pas tout à fait le cas la veille avec quelques averses dont une précisément lors du passage du Cuauhtémoc devant La Bouille. L’équipage faisait pourtant de son mieux pour entretenir une chaude ambiance sur la Seine.

IMG_0238

J’avoue, je suis allé au Musoir lorsque, étant sur place, j’ai entendu dire au micro que l’inauguration de la statue de la Liberté de Barentin de l’Armada allait avoir lieu dans le quart d’heure suivant. La Liberté, cela me rappelle celle que mon père avait de naviguer en barque sur la Seine et dans le Bassin Saint-Gervais (et que sans doute je dois avoir par Droit coûtumier – mais je n’ai pas de barque lol). Je me souviens être passé à proximité dans mon enfance, mais sur l’eau.

IMG_0246

Le Krusenstern [en anglais Kruzenshtern] et le Mir, ayant déjà eu les honneurs du Pont Guillaume-le-Conquérant par le passé, ont dû laisser leur place au Sedov. Ces superbes voiliers demeurent néanmoins deux attractions incontournables de l’Armada2019, même si l’endroit d’amarrage est un peu venteux. Avec les nombreux bateaux promenades présents autour des voiliers, le fleuve a, comme lors de chaque Armada, un petit côté théâtral qui peut faire sourire les rouennais. En tout état de cause, pluie ou pas, c’est la Fête tous les cinq ou six ans depuis une trentaine d’années.

2 juin 2019

0 Commentaire

La petite rétrospective des Armadas de Rouen

 IMG_1633b

Depuis 30 ans, les grands voiliers du monde se rassemblent régulièrement à Rouen pour une dizaine de jours qui marquent l’histoire de la ville et la vie de centaines de milliers de visiteurs. Après toutes les images qui restent en mémoire, il n’est cependant pas toujours évident de se souvenir des dates auxquelles ont eu lieu les différentes manifestations.

Les Armadas en juillet

La première manifestation, les Voiles de la liberté, se déroule du dimanche 9 au dimanche 16 juillet 1989 et l’événement coïncide avec le bicentenaire de la Révolution française. La seconde édition, l’Armada de la liberté, a lieu du dimanche 10 au dimanche 17 juillet 1994 et coïncide avec le cinquantième anniversaire du Débarquement allié en Normandie.
En 1999, la troisième édition coïncide cette fois-ci avec la fin du deuxième millénaire. Elle se déroule du vendredi 9 au dimanche 18 juillet.

Les Armadas flottantes :)

La quatrième édition, l’Armada Rouen 2003, débute le samedi 28 juin. Une date un peu avancée « pour des raisons de disponibilité des grands voiliers qui étaient présents dans cette région du monde pour un autre rassemblement de voiliers aux Pays Bas, à la DelfSail (Delfzijl aux Pays-Bas) du 10 au 14 juillet puis en Pologne pour le départ de la Cutty Sark Tall Ships’ Races à Gdynia le 19 juillet. » Cette Armada de 2003 dure jusqu’au dimanche 6 juillet.
Pour l’Armada 2008, la cinquième édition, les dates sont de nouveau repoussées dans juillet et s’étalent du samedi 5 au lundi 14. Il s’agit de la dernière Armada en juillet.

Les Armadas en juin

L’Armada 2013, la sixième, a lieu du jeudi 6 au dimanche 16 juin. La date en est avancée au prétexte d’élections locales en France. On se trouve pour la première fois hors période de vacances scolaires.
Pour l’Armada 2019, la septième édition, les grands voiliers ont rendez-vous à Rouen du jeudi 6 au dimanche 16 juin. Exactement les mêmes jours qu’en 2013.

 

(Réalisé avec l’aide de Wikipédia et de calendrier-365.fr – photo Florent B vendredi 11/07/2008 21:06 rive droite)

12 octobre 2018

0 Commentaire

Escale rouennaise pour le navire-école Mir

Le navire-école russe Mir était de retour à Rouen pour une escale d’une semaine au début du mois d’octobre 2018. L’occasion de faire quelques photos d’un habitué des quais de la ville organisatrice, entre autres manifestations, de l’Armada 2013 et de l’Armada 2019.

IMG_0170

Blanc et bleu, le trois-mâts carré en acier de 109,2 mètres de long est l’un des plus grands voiliers du monde et son port d’attache est Saint-Pétersbourg. Il est un visiteur habitué de la (Haute) Normandie.

IMG_0173

IMG_0174

Oh surprise !

IMG_1628

10 ans et 3 mois séparent la photo ci-dessus prise en 4MP le 11 juillet 2008 peu après 9h du soir, des autres clichés réalisés le 11 octobre 2018 vers 9h15 du matin !

IMG_0171

(Photos Florent B)

13 mars 2018

0 Commentaire

La raffinerie Petroplus de Petit-Couronne disparaît peu à peu

11 Mars 2018

Visibles depuis la Départementale 3, des décombres de la raffinerie Petroplus (ex-Shell) témoignent de la fin d’une époque à Petit-Couronne.

Comme ce fut le cas pour d’autres usines, la raffinerie de Petit-Couronne aura eu une fin de vie faite de cahots et de rebondissements. Au début des années 2010 l’entreprise a vécu les derniers moments de son activité industrielle basée sur le craquage catalytique (FCC) au cours d’un épique tourbillon politico-médiatico-judiciaire. Après être restées en l’état durant quelque temps, les unités de raffinage de pétrole disparaîssent peu à peu du paysage urbain.

 

Image de prévisualisation YouTube

 

Lire aussi : Rouen Luciline : L’Eco-quartier au nom de raffinerie de pétrole

4 février 2018

0 Commentaire

Un mois de crues à Rouen

20180201_160653

Un mois de crues à Rouen. Et le 4 février, ce n’est pas fini !

En effet, cela fait déjà un mois que la Seine sort de son lit à Rouen (voir ici). L’effet est répétitif avec les marées et les forts coefficients provoquent en plus des débordements autour de Rouen. Ceux-ci sont devenus importants dans la nuit du jeudi 1er au vendredi 2 février 2018.

Le 1er février au Grand-Quevilly :

Image de prévisualisation YouTube

Depuis les quais rive droite, que l’on regarde vers la rive gauche, vers le Pont Flaubert ou vers l’Ile Lacroix, la Seine s’est élargie. Comme pour nous dire que c’est parfois la nature qui décide et nous rappeler l’histoire du fleuve.

20180201_160550

20180201_160723

20180201_161614

(photos Florent B réalisées le 1er février – Smartphone 5MP – aucune retouche logicielle)

2 octobre 2017

0 Commentaire

Petit-Couronne : Des Anciennes et du pain pour l’Automne

 IMG_0114c

Pas de soleil mais pas de pluie non plus le 1er Octobre 2017 pour la Fête d’Automne de Petit-Couronne. Les Jardins Aquatiques et le Théâtre de Verdure accueillaient les visiteurs de 10h à 18h pour une journée festive dont le point d’orgue était sans conteste le concours d’Elégance des voitures anciennes de la Calandre Rétro Rouennaise. De nombreux participants pour le plaisir des anciens et des plus jeunes, dans un joyeux brouhaha fait de commentaires, d’anecdotes racontées et de bruits de cylindres encore performants.

Image de prévisualisation YouTube

Autres images des voitures de collection avec ce Tweet

 IMG_0129

Pour l’occasion, il était possible de visiter gratuitement la « Maison des Champs » de Pierre Corneille, de se promener dans le potager attenant et de déguster différents pains cuits spécialement avec patience dans le four à pain du Musée.

IMG_0126

 (photos Florent B)

24 septembre 2017

0 Commentaire

Rouen : Impressionnante destruction d’un complexe immobilier du XXe Siècle

Quartier Grammont le 21/09/17

Quartier Grammont le 21/09/17

Rouen. La destruction du célèbre immeuble Jules Adeline a débuté le 19 septembre 2017.

Surnommé « Alcatraz » par les habitants alentour, depuis sa construction au milieu du XXe Siècle cet imposant ouvrage faisait partie du paysage du quartier Grammont. Durant quelques temps, les riverains vont vivre au rythme du fracas engendré par les engins et des poussières causées par la démolition du complexe immobilier.

Image de prévisualisation YouTube

Situé rive gauche près des Archives Départementales, l’immeuble Jules Adeline était célèbre « pour son revêtement en briques rouges et ses coursives extérieures donnant sur la cour ». 150 logements représentant une surface habitable de plus de 7400 m2 se trouvaient rassemblés en ce lieu depuis 1955.

Image de prévisualisation YouTube

Source Rouen.fr

12 juin 2017

0 Commentaire

Harcourt (Eure) : Une 2 CV en bois présente à la Fête du bois

Deuche1

Cela se passait au Domaine d’Harcourt, dans l’Eure. Le dimanche 4 juin 2017 la Fête du bois et de la Forêt accueillait comme chaque année les artisans et les professionnels de la filière bois pour leur permettre de partager leur savoir-faire et l’amour de leurs métiers.

Différentes catégories de professionnels étaient présentes, les centres de formation, le bois bâtisseur, le bois énergie, le bois créateur et on notait même la présence sur la grande pelouse du château d’Harcourt d’un petit salon du livre sur le thème bois et forêt.

Deuche2

L’exposition d’une étonnante Citröen 2CV construite par un ébéniste a attiré de nombreux curieux et était vraiment le clou de l’édition 2017 ! Vidéo France3 Centre Val de Loire.

Deux photos d’une 2 chevaux et une photo de deux chevaux !

Chevaux

En savoir plus sur le déroulé de l’événement.

9 juin 2017

0 Commentaire

Petit-Couronne : Un mur raccordé à ENEDIS

Suite à la fermeture de la plateforme des blogs de L’Obs, voici la copie d’un post d’octobre 2016 :

Le 27 octobre 2016 à 18h12

Petit-Couronne : Un mur raccordé à ENEDIS (ex ERDF)

inShare

WP_20161027_09_20_00_Pr
Petit-Couronne (Seine-Maritime). Fin octobre 2016, après plus de 45 années d’existence, le mur séparant la gare routière Pétroplus des habitations a été l’objet d’une attention particulière. Un surprenant raccordement au réseau Enedis a été effectué.Le mur est un ouvrage d’environ 280 m de long sur 3 m de hauteur qui, il y a plus de quarante ans, fut édifié afin de séparer l’activité de remplissage des camions-citernes, des habitations du village historique de pêcheurs. Le mur présentait jusqu’ici une apparence d’abandon. Pourtant, l’église de Petit-Couronne, ainsi que la mairie ne se trouvent qu’à quelques centaines de pas de là.Pour être précis, les travaux d’enfouissement du réseau électrique ont été réalisés au niveau de l’ancienne rue du Passage d’eau, devenue de fait une impasse. La voie permettait autrefois de rejoindre directement le bord de Seine depuis le village. Selon des sources concordantes, le raccordement concernerait une entreprise nommée Bolloré Energy.
WP_20161027_12_37_50_Pr
De leur côté, les riverains ont moins de chance. Ils n’ont pas été informés au préalable de l’existence de ces travaux. De plus, après avoir connu un enfouissement des gaines de réseaux il y a bientôt 14 ans, ils attendent toujours leur raccordement et bénéficient des anciens cables aériens. Un manque de budget, sans doute. En tout état de cause ces travaux soulèvent la question de l’avenir de la gare routière, de sa destruction et du futur de l’impasse.
(A suivre)
Photos : florentb

6 juin 2017

0 Commentaire

Le mur de la honte de Petit-Couronne

Suite à la fermeture de la plateforme des blogs de L’Obs, voici la copie d’un post d’octobre 2016 :

Le 24 octobre 2016 à 18h32

Petit-Couronne : Le mur de la honte

inShare

P1000473
HISTOIRE LOCALE. L’histoire de Petit-Couronne, commune située au sud de Rouen (Seine-Maritime) et placée par conséquent au coeur de la Métropole Rouen Normandie, s’est trouvée liée dans le courant du XXe Siècle à la raffinerie Shell, devenue dans ses dernières années d’existence, Petroplus.Si la raffinerie possède elle-même son histoire en tant qu’entreprise, son parcours à travers les années s’est trouvé à un moment donné, de par certains choix, davantage lié à la zone comprenant le village historique, avec la construction du mur de la gare routière.
20161022_124739
Une honte façon mur de Berlin
Pour permettre la construction, et surtout le développement de la raffinerie Shell Française sur la commune de Petit-Couronne, ont été détruits, le long de la départementale D3, en allant vers Grand-Couronne, un château et plusieurs belles propriétés. Selon les anciens, elles donnaient à la commune un air de ville à la campagne cher à Alphonse Allais et, en tout état de cause, devaient permettre la vue d’un environnement plus proche de celui qu’avait connu Pierre Corneille, dont la maison de campagne subsiste heureusement toujours (avec probablement un peu de pétrole dans le sous-sol aussi) que celui des bacs de stockage de carburant qui furent édifiés ultérieurement.A la fin des années 60, début des années 70 (*) la réalisation de la gare routière vint en quelque sorte toucher les catégories sociales plus modestes. La gare routière était, et bien que fermée est toujours, une station de remplissage des camions citernes qui délivrent le précieux carburant dans les stations-service. Pour se faire, il fut décidé d’exproprier purement et simplement les habitants du bas de la partie historique de Petit-Couronne, et de détruire leurs maisons.20161022_125009Un quartier transformé

Le cadre de vie des riverains fut transformé. Les expropriés partirent, et le mur, de 280 m de long sur 3 m de hauteur (**), coupa les terrains de certains habitants, ne leur laissant parfois plus d’ensoleillement. Hormis les inconvénients liés la présence immédiate des odeurs de carburant et des poids-lourds, ce fut surtout la perte de l’accès direct à la Seine qui porta préjudice aux couronnais.

La construction du mur entraîna la suppression de la rue du passage d’eau. Et en effet, à Petit-Couronne, l’histoire locale est autant liée au passage d’eau qu’à Pierre Corneille ou à la Shell. Pour certains la nécessité d’accéder directement au passage d’eau était vitale. Et puis il s’agissait d’une sorte de droit coutumier. De la perte d’un droit de passage en quelque sorte.

Par l’intermédiaire de la gare routière, la raffinerie est venue s’inclure, elle est venue s’insérer dans la ville de Petit-Couronne. Plusieurs années après la fin de l’exploitation de raffinage le mur est toujours là. Symbole du passé, il ne peut représenter l’avenir.

(A suivre)

(*) Basé sur les souvenirs personnels (**) Données approximatives Google Maps

Photos florentb : Le mur de profil, photo prise le 18/10/2010 au moment des mouvements sociaux qui ont conduit au blocage des dépôts de carburant. Photos de l’impasse prises le 22/10/2016, soit 6 ans plus tard.

4 juin 2017

0 Commentaire

Petit-Couronne : Un risque amiante suite au démontage de Petroplus ?

Suite à la fermeture de la plateforme des blogs de L’Obs, voici la copie d’un post d’avril 2015 :

Le 20 avril 2015 à 15h24

Démontage de Petroplus Petit-Couronne : Un risque amiante ?

inShare

DSCF0297.JPGC’est une histoire incroyable ! Après des années de pollution de l’air par les cheminées de la raffinerie de Petit-Couronne, après la pollution de la nappe phréatique découverte en 1989, il est maintenant évoqué un risque amiante.L’information viendrait d’élus syndicalistes de l’entreprise Pétroplus et la question a été soulevée par deux articles. L’un, datant du 27 mars 2015, provenant d’un site Web de la CCI Normandie, avec la très sérieuse source de l’Agence Normande d’Information (ANI), et l’autre du site Web de Paris-Normandie et daté du 5 avril 2015. L’article de Paris-Normandie a été repris par le blog de FO Plateforme de la Mède. A ce jour c’est à peu près tout ce qui existe sur le Moteur de recherche Google à ce sujet.L’évocation de ce risque amiante fait suite au démontage de certains bacs de stockage d’hydrocarbures visibles le long du CD3 (D3). La route sépare la partie raffinerie de la partie stockage et l’ensemble sépare de fait les habitants de Petit-Couronne de ceux de Grand-Couronne.

DSCF0297

Concernant certains bacs en cours de démontage, le non-spécialiste peut vraiment être surpris par l’apparence que ceux-ci ont. On devine que la structure extérieure a été retirée. Ensuite, devant l’aspect des tôles restantes, c’est l’étonnement. Ont-elles été attaquées par le « Développement de chancres bactériens induisant des phénomènes de corrosion pouvant entraîner le perçage des réservoirs » (voir le site focmicrobiologie.com), ou est-ce le résultat de coups de pelleteuse ?

Plus surprenante encore est la casse de l’enceinte d’isolation extérieure d’un bac de dimensions plus modestes, faisant à priori partie d’un groupe de six.

DSCF0299

Sur le site de l’Association Nationale de Défense des Victimes de l’Amiante (Andeva), il est indiqué l’existence de « Bourre d’amiante pour le calorifugeage de tours, chaudières, tuyaux, gaines électriques, chauffe-eau, frigos, navires, autos ou matériel ferroviaire, équipements industriels et divers ; » et de  »Flocage d’amiante sur structures métalliques, murs ou plafonds (protection incendie) ; »

Lorsque l’on observe de façon attentive l’enceinte « cimentée » sur l’image précédente, on voit, dessous une structure indéfinie, à l’extérieur une fine couche grise et entre les deux une épaisseur d’aspect blanchâtre, ici à l’air libre.

DSCF0298

Bacs-ConvertImage

http://normandinamik.cci.fr/205566-la-deconstruction-de-lex-raffinerie-petroplus-debute-fin-2014-cgt

http://www.paris-normandie.fr/detail_article/articles/2899470/petroplus–l-effacement#.VTTb3OlOK9A

http://www.focmicrobiologie.com/raffinage.htm

http://andeva.fr/?-Prevention-

Photos : florentb – Recadrage : Google Maps

16 décembre 2016

0 Commentaire

Promenade dans le temps en Seine-Maritime

 

Expo 1

« Paysages d’hier et d’aujourd’hui est le nom de l’exposition présentée depuis le 16 septembre 2016 par la Direction des Archives Départementales au Pôle culturel Grammont.

Explorant les mutations du territoire à travers les clichés « avant-après » de mêmes lieux sur la Seine-Maritime elle permet de découvrir l’évolution des paysages depuis l’apparition de la photographie.
Reproduction d'un plan de Rouen de 1655

Une reproduction d’un plan de Rouen datant de 1655

La comparaison des clichés aborde l’histoire de lieux choisis dans le département pour leur originalité, leur histoire, leur patrimoine industriel, culturel ou touristique. S’ajoutent des tryptiques permettant une découverte surprenante d’endroits parfois oubliés. Tout ceci ravive la mémoire des plus âgés et enthousiame les plus jeunes.
Expo 2
 
Dans cette exposition, il est question certes du Havre, de Rouen, mais aussi des paysages du littoral et certaines communes comme Notre-Dame-de-Bondeville ne sont pas oubliées. L’exposition a lieu jusqu’au samedi 24 décembre 2016.

 

(Photos Florent B)

123

Huntdnut |
Shadnivo |
nooptymmon001 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mayweather15568
| jadaraxa02
| kalajing99b